Papicha, le film : cette Algérie est-elle vraiment révolue ? mon avis #Dz-2.0-1

Papicha, le film : tout le monde en parle actuellement. J’ai envie de dire que c’est LE film du moment. Je ne suis pas critique cinématographique, je n’ai aucune prétention à l’être, je suis juste une mordue de la littérature et l’Histoire de l’Algérie. Bref, tu n’es sûrement pas sans savoir que ce film est en ce moment en avant-première dans plusieurs salles de cinéma en France ( Edit : il est sorti hier, 9 octobre 2019). Bien évidement pour ne pas changer, il était programmé en Algérie, puis a été annulé à la dernière minute sans explications. Cette “critique” (qui n’en est pas une pour les professionnels) se veut littéraire, quelque peu amère et surtout réaliste. Je me suis octroyée le droit de copier des photos sur le compte Instagram officiel du film pour illustrer mon article. Je pense que ce sera le début d’une série Blabla assez intéressante : le #Dz-2.0

Papicha : un film que les moins de 20 ans doivent connaître !

Il est fort possible que ma réflexion aille dans tous les sens. Mais à dire vrai, ce film m’a littéralement bouleversée. Non pas par les scènes choquantes, mais par une réalité que je connaissais déjà. La raison pour laquelle j’avais envie d’écrire, c’est pour faire correspondre le film à la littérature, mais surtout à la réalité. Une amère réalité que nos parents, MES parents ont vécu. Ce que je trouve dommage, c’est que très peu d’Algériens connaissent les causes et surtout les conséquences de la décennie noire en Algérie. Très sincèrement, je trouve que c’est une période des plus BARBARES que notre pays a connu. Bien que je n’ai pas vécu cette période, je venais de naître. Et je te laisse imaginer l’angoisse d’un parent de mettre au monde un enfant en pleine guerre civile.

Papipcha, le film

J’ai envie d’en dire plus, de donner les détails. De choquer. De susciter de l’émotion. Mais pas maintenant. On a tendance à laisser le rideau baissé, par honte, par peur, par pudeur, et dans beaucoup de cas, par hypocrisie !

Papicha, petite algérienne qui ne demande qu’à vivre … Mais !

Loin de moi l’envie de dresser un portrait un peu historique à propos du film. L’équipe a sûrement dû le faire lors des passages à la TV, mais j’ai envie de te parler du film. Bien que cela risque de te spoiler un peu. Papicha est l’histoire d’une fille, mais celle de toute une génération. Brimée, réduite au silence, soumise, réprimée et privée de son droit le plus fondamental. Tu sais à quoi cela me fait penser ? à AU COMMENCEMENT ÉTAIT LA MER de Maïssa Bey. Je te recommande vivement de le lire. C’est l’histoire de Nadia, le même âge que l’actrice principale de Papicha. Son rêve ? Aller à l’université. Vivre ! Respirer ! Et puis, aimer.

Papicha, le film

Mais comment le faire dans un pays où la haine a plus de place que l’amour ? Pays où un mort a plus de valeur qu’un vivant ? Je ne suis pas pessimiste, je suis réaliste, tristement réaliste. D’un regard extérieur, il est difficile d’accepter et de se faire à l’idée que des personnes aient vécu ce drame. Un drame retranscrit à la perfection par MOUNIA MEDDOUR.

Nedjma, héroïne en hommage à Kateb Yacine et à l’Algérie !

Nedjma, cette étoile qui veut briller. Hommage à l’emblématique roman de Kateb Yacine (1956). Nedjma, c’est aussi l’Algérie, d’hier et d’aujourd’hui ! Un astre qui essaie de briller, mais qui est tout le temps caché par les nuages. Tantôt noirâtres et tantôt grisâtres. De la poudre aux yeux. Dans le film, Nedjma est incarnée par Lyna Khoudri, une jeune étudiante algérienne de 18 ans, passionnée par la mode. Une femme qui refuse catégoriquement de se soumettre. Une femme qui n’a besoin de personne pour avancer. Une féministe dans l’âme et dans l’esprit. Elle n’hésite pas à braver les interdits, casse les tabous, se bat pour vivre. Rien que ça !

Papicha, le film

Une vie, une passion, un amour, une dignité ! Elle dresse le portrait d’une jeune fille que la société rejette, celle qu’on oblige à être confinée dans un moule. Au nom de quoi ? D’une religion. Religion mal interprétée. Nedjma paiera les pots cassés… Et elle en cassera à son tour ! 

Wassila, soumise, insoumise ?

Personnage joué Par Shirine Boutella qui excelle elle aussi dans l’art de bien jouer. Meilleure amie et acolyte de Nedjma, elle profite de leurs soirées ensemble pour s’enfuir de la cité et aller faire la fête. Danser, chanter, flirter, jusqu’au petit matin. La réalité d’une société hypocrite, car mal vues. Bien que les faits relatés avaient eu lieu dans les années 1990, la réalité et la condition de la femme ne sont pas forcément en évolution. Hélas ! Wassila est un personnage qui veut dire beaucoup ! Tantôt forte et tantôt faible, elle a failli se perdre à cause d’un garçon. Un amour par défaut. Par dépits. Puis un amour violent et violenté. Regrets, Karim ne vaut pas pas plus que tous “les autres” finalement …

Papicha, film aussi surréaliste que réel

Tu verras, quand tu regarderas le film, tu te diras “est-ce que cela a un jour vraiment existé?”  . J’ai envie de te répondre que Non ! Mais la réalité est tout autre. Ma petite sœur de 22 ans à peine l’a regardé les larmes aux yeux. Disant que c’est inhumain d’avoir vécu ça. Que cette Algérie qui nous fuit et qu’on fuit en même temps a tellement mieux à offrrir. Un aperçu ? Dans la réalité : des profs au lycée étaient constamment menacés. Mes propres parents avaient reçu des lettres de menace, car ils enseignaient une autre langue que la langue arabe. Flash-back, début du film quand les “vautours” sont rentrées pour perturber le cours en affirmant haut et fort que la langue française était une langue prohibée.

Sur des bancs, à l’extérieur, partout, seule “Leur” parole comptait. De faux messagers de Dieu. De jeunes étudiants faussement reconvertis, un lavage de cerveau, agresser Nedjma, car elle ne portait pas le voile. Cracher devant ses pieds, car elle ne représentait pas la pudeur. Réalité ? Plusieurs femmes enceintes ont été éventrées dans des places publiques. Plusieurs jeunes filles sans voile ont été brûlées à l’acide. Elles en gardent aujourd’hui les séquelles d’une violence sans nom. Sans foi. Sans religion.

Mounia Meddour, une réalisatrice hors-paire

Je ne parlerai pas de féminisme dans ce film. Je travaille justement sur le féminisme, mon avis est donc pas mal biaisé. Ceci dit, il n’en demeure pas moins que c’est une réalisation qui a grandement mérité les prix qu’elle a raflé. Car oui, il est toujours difficile de se faire accepter en tant que femme en Algérie, même aujourd’hui. Une histoire inspirée de faits réels. Que ceux qui ne l’ont jamais su le voient aujourd’hui. Mounia a réussi là où certains ont échoué. Elle a fait ce que certains n’ont jamais osé. Et pour cela, j’ai envie de dire que le cinéma algérien a encore de beaux jours devant lui. (Oui, je sais, ce n’est pas une réalisation algérienne, toujours est-il que c’est une pure réussite).

Un jeu d’actrices et des scènes marquantes

Tous les personnages, chacun avait sa place, chacun avait son importance. Chaque détail, chaque scène. Tout était bien synchronisé. Le seul souci, c’est que moi, j’en voulais encore. Trop de silences. Moi je saurais l’interpréter, à la lumière de la théorie du silence. Mais pour les personnes qui découvrent, plus de paroles et plus de dialogue auraient été fortement apprécié. Les gens, aujourd’hui, ont besoin de savoir. Ont besoin de l’entendre. Bien que cela soit un film, rien qu’un film, mais c’est une réalité vécue, il n’y a pas si longtemps. Plusieurs scènes m’ont littéralement fendu le cœur. La mort de Linda, les femmes-vautours qui s’en prennent à des étudiantes, l’accablement de la directrice de la cité et enfin, le jour-J. Jour du défilé. Du bonheur, de la joie, une fierté, une réussite et des morts. Point final !

Hommages …!

Hommage à toutes les personnes qui sont décédées –

Et Hommage à toutes les mères ayant perdu leur fils – leur fille – leur mari

Puis, Hommage à toutes les personnes  ayant quitté le pays par force-

Et Hommage à toutes les personnes qui sont aujourd’hui handicapées – 

Puis, Hommage à tous ses anges qui n’ont même pas vu le jour –

Hommage  à toutes ces personnes qui en gardent de grandes séquelles –

Et puis à la fin, un passage marquant. Samira a survécu. Elle et son bébé. Dans quelles conditions va-t-il naître ? Que signifie cet enfant-bâtard à l’Algérie d’aujourd’hui ? Celle d’hier et celle de demain ? Je te laisse me le dire. Perso, il me rappelle la fin de ” La terre et le sang” de Mouloud Feraoun….

__________________________________________

Merci à toutes les actrices et à l’équipe de tournage. Une nouvelle étoile est née, Nedjma est ce film. Papicha est Nedjma. Une Nedjma qui tentera toujours de se frayer un chemin ! Nedjma, c’est toi. Bats-toi pour tes rêves. Fais-toi ton propre chemin et profite de chaque instant que la vie a à t’offrir. Malgré tout ! Malgré toi !

 

P.S : j’ai bien conscience que je n’ai rien d’une critique. Je laisse les professionnels faire. Je voulais juste partager mon avis à chaud. Mon ressenti. Ce à quoi m’a fait penser ce film. Ce qu’il représente pour moi. Les futures générations doivent prendre connaissance de leur Histoire.

Djaout disait dans son dernier roman  Le dernier été de la raison” : Le printemps reviendra-t-il un jour ?

A très vite,

~ Lydi ~

22 Comments

  • Karine Made Me Happy 10 octobre 2019 at 8:45

    Je ne vais pas te mentir: je ne connais que très peu l’histoire d’Algérie… juste ce que l’on peut survoler en cours d’histoire au lycée… J’ai donc lu avec attention ton article, je dirais même que j’ai bu tes paroles! J’irais voir ce film même s’il y a de fortes chances que j’en ressorte chamboulée… vivre dans le confort et la tranquillité nous font fermer les yeux sur certaines vérités!

    Reply
    • Lily's FairyTouch 10 octobre 2019 at 6:55

      Coucou,

      je suis contente que l’article ait pu te donner une idée sur une amère réalité vécue.
      Je trouve que parfois à l’école, on ne nous apprend pas ce qu’il faut. Surtout pas l’Histoire. Un devoir de mémoire de faire revivre des événements, de rendre hommage à des personnes tombées innocemment.. Triste réalité !
      Je t’encourage vivement à aller le voir. Tu verras, tu en seras certes chamboulée, mais ça donne toujours à réfléchir… Tu me diras si tu as aimé autant que moi !
      Bisous
      Lydi

      Reply
  • Olive banane et pastèque 10 octobre 2019 at 8:49

    tu donnes très envie de le voir et d’en savoir plus sur cette période que j’avoue, je ne connaissais pas 🙁

    Reply
    • Lily's FairyTouch 10 octobre 2019 at 6:57

      Hello,
      il vient tout juste de sortir. J’ai évité de spoiler, mais c’était très dur haha. Il est sorti hier, donc tu peux le voir et te faire une idée sur ce qui a pu se passer. Les livres pourront nourrir une autre partie et feront dans la continuité de l’Histoire ! Grand H !
      Des bisous,
      Lydi

      Reply
  • Une très grande abonnée 10 octobre 2019 at 10:01

    Excellent ! Vraiment excellent !! Je suis toujours outrée quand je lis tes articles ..
    Tu as résumé mon ressenti lorsque j’ai vu le film à la perfection !
    Bravo ! Mille bravo

    Reply
    • Lily's FairyTouch 10 octobre 2019 at 6:59

      Coucou,
      ohlala, je suis émue *-*
      Je suis très contente que ça te plaise, je suis aussi contente que tu aies pu le voir et que tu partage le même avis que moi !
      Thank’s again !

      Lydi

      Reply
  • Wardrose 10 octobre 2019 at 6:57

    J’ai pas encore vu le film, faute de temps. Cette décennie marque encore des générations à travers les récits de nos parents. Mes parents ont fuit la capital, pour la kabylie, parce que ma mère enseignante non voilée…
    Malheureusement l’Algérie souffre toujours 😢

    Reply
    • Lily's FairyTouch 10 octobre 2019 at 7:02

      Eh oui ! En prenant le recul nécessaire, on se rend compte de l’atrocité des actes et de tout ce qui a pu se passer en quelques années. J’ai “connu” cette période dans les livres, ça fait au moins 7 ou 8 ans que j’en apprend davantage chaque jour, mais à chaque nouvelle découverte, pendant une bonne semaine, je suis toute chamboulée et renversée. Comme maintenant …

      Reply
  • Zora 10 octobre 2019 at 7:31

    J’ai eu la même pensée que toi, je voulais apprendre plus sur les personnages, en même temps la cruauté m’a peinée, m’a bouleversée, j’ai vécu cette période j’ai des souvenirs net sur cette période, j’ai perdu des gens que j’aimais beaucoup.
    Sinon l’enfant batard était pour moi un message d’amour celui d’une maman envers son enfant illégitime qui brave tout le monde pour sa survie, c’est l’espoir d’une Algérie nouvelle et tolérante.

    Reply
    • Lily's FairyTouch 10 octobre 2019 at 7:36

      Ce n’est jamais facile de perdre un être cher ! Jamais de cette manière si cruelle. Triste à dire, tellement triste !
      Pour l’enfant, je me suis dit la même chose. Mais c’était une ouverture. Pour le film et pour mon article aussi. Cela semble peut-être très littéraire, limite poétique ce que tu dis, mais c’est la vérité. Espérons que le printemps reviendra… très vite !
      Bisous à toi ma belle,
      Lydi

      Reply
  • Lilia henia 10 octobre 2019 at 7:37

    Tu sais que je veux vraiment le voir alors là apres d avoir lu cet article je prie dieu qu’il sera diffusé dns nos cinéma aussi. Mounia Meddour a bien vécu la décennie noir ,nous à sidi aich on a souffert ,et elle a bien transmise ce qu’elle a vécu. Merci lidy

    Reply
    • Lily's FairyTouch 10 octobre 2019 at 8:02

      Coucou Ma belle,

      je suis très contente que l’article t’ai plu <3
      J"'espère aussi qu'ils vont le diffuser en Algérie, c'est un devoir de mémoire et ils doivent respecter ça ! Rien de choquant, aucune vulgarité, c'est juste une hommage ! C'est injuste de ne pas permettre aux gens de le voir ! 🙁

      Reply
  • Massicilia 10 octobre 2019 at 7:48

    J’ai vu ce film hier et ça m’a chamboulée tout autant que toi, dans ton article tu as su le décrire comme jamais je n’aurais pu le faire, et d’ailleurs bravo ❤❤❤❤ quant au film j’ai chialé, ça m’a rappelé toutes les critiques que j’avais reçues en marchant dans la rue disant de me couvrir 😥 parce qu’aujourd’hui on n’est qu’un bout de viande. Je n’ai pas vécu la décennie noire mais ma famille si. Mes cousines ont reçu des lettres de menace de mort si elles refusaient de mettre le voile, et les voilà aujourd’hui toutes voilées à se demander que serait leurs vies si elles avaient refusé ! Certainement pas de ce monde aujourd’hui… J’ai fuit ma terre, j’ai quitté ma famille, ce n’est nullement une partie de plaisir, mais je veux VIVRE tout simplement comme je l’entends, chose que j’avais du mal à faire dans mon propre pays…😥😥😥

    Reply
    • Lily's FairyTouch 12 octobre 2019 at 6:40

      Comme je te comprends ! Tu sais, on est vraiment nombreuses dans ce cas, très triste, mais il faut avouer que cette période a meurtrie tout un peuple, toute une génération et tout un pays.. Ce qui me fait mal, c’est que ces personnes s’en sont sorties indemnes (je parle des personnes ayant fait du mal). Moussalaha Wataniya, bonjour, merci, au revoir !

      Reply
  • Imene deniz 10 octobre 2019 at 8:26

    Bonsoir lily. J avais tellement envie de le regarder mais faute de temps. Je veux vous remercier pour ce beau résumé, j’ai l’impression que je l’ai regardé en vous lisant. Mais j ai un petit avis a donner. Actuellement toutes les femmes algériennes sont mal jugées et souffrent de la frustration de la société, celles qui ne portent pas le voile sont traitées comme des cheap et elles manquent de pudeur, et celles qui portent le voile sont prises pour des arriérées, soumises et prétendent d’etre saintes ! Et qu’ elles cachent derrière leurs voiles tt les péchés qui puissent existé aux monde ! Alors là le sens du féminisme chez nous il s’est déraillé complètement de son vrai sens, alors qu’il est loin d’être des apparences ou prendere la gente masculine pour des ennemis.

    Reply
    • Lily's FairyTouch 12 octobre 2019 at 8:29

      Coucou ma belle,
      j’espère sincèrement que tu auras l’occasion de le voir très vite ! Il en vaut très largement la peine.
      Pour l’image de la femme, j’ai remarqué qu’elle se dégrade de plus en plus. C’est tellement triste, je ne trouve même pas les mots pour décrire cette horreur qu’on subit chaque jour. Raison pour laquelle je suis personnellement partie … J’espère sincèrement que ça va changer … Un jour !

      Reply
  • Tidya 10 octobre 2019 at 9:03

    Superbe article , ça donne vraiment envie de le voir . Espérons qu’il soit projetée en Algérie, on perd pas espoir !

    Reply
    • Lily's FairyTouch 12 octobre 2019 at 8:50

      Coucou,
      très sincèrement, je l’espère aussi ! Il vaut vraiment la peine. De quoi ont-ils peur de le diffuser ? Je ne sais pas :/

      Reply
  • crozaclive 11 octobre 2019 at 8:29

    J’ai également eu un avis très positif de la part d’une copine. C’est un film poignant, qui doit être vu afin de remettre un peu les idées en place de certaines personnes ..

    Reply
    • Lily's FairyTouch 12 octobre 2019 at 9:07

      Tu vois ça !! Je suis ravie qu’il y est des personnes qui partagent le même avis. Certaines sont complètement à l’ouest !
      Si tu le vois au ciné, tu me diras ce que tu en penses !
      Bisous

      Reply
  • Lyas_mine 11 octobre 2019 at 8:44

    J’ai hâte de voir ce film. Pour avoir vécu la décennie noire et tous ses affres, je sais qu’il me sera difficile de ne pas pleurer peut être ou d’évoquer de mauvais souvenirs enfin bref…je voudrais répondre à tous ceux qui disent que ce film ne représente pas la femme algérienne ou l’Algérie à cette époque là : arrêtez de vous voiler la face et de vouloir cacher la réalité, une réalité que tout le monde connait mais que tout le monde aime taire par hypocrisie !!! Nous savons tous comment se passent les choses chez nous, c pas nouveau et ça ne changera pas ! Enfin, bravo pour ton article, il est bien rédigé et est très objectif.

    Reply
    • Lily's FairyTouch 12 octobre 2019 at 9:11

      Chacun a vécu la période d’une certaine manière. Mais le fait indéniable, c’est que la société n’a pas tant évolué que ça .. Malheureusement !
      J’espère sincèrement qu’un jour, les gens vont ouvrir les yeux sur la réalité de qu’on a vécu et qu’on est en train de vivre maintenant encore ! Ce n’est pas fini 🙁

      Reply

Leave a Comment